Le mouvement catalan n'a (presque) rien à voir avec le nationalisme. Seuls environ d'un historique 18% des catalans pour l'indépendance sont considérés comme nationalistes. Il n'a (presque) rien à voir non plus avec aucune des autres considérations constamment exprimées et que pourtant doivent se dire toujours. Bien que le bruit des discussions auxquelles ce mouvement est soumis ait pu modifier ses objectifs, et encore ses causes, il n'a pas été en mesure d'arriver à étouffer completement sa prope voix, laquelle ça fait un ans et demi, elle nous a laissé à tous sans ennemi. C’est ça ce qui a fait peur à beaucoup des partisans et des critiqueurs du mouvement, l'identité diluée en une seule voix qui effraie tellement tant aux propriétaires comme aux serviteurs, lesquels se disputent la voix des autres.

En majeur pourcentage, le mouvement catalan a plus à voir avec la réinvention ou l’amélioration de la démocratie à un moment où la droite et la gauche se sont effondrées. Malgré ce qu'on dit d'habittude, le moment actuel de crise généralisé et global représente une grande opportunité pour la démocratie. L’effondrement de la gauche et de la droite, qui semble parfois plus un désir qu'une réalité, est l’un des moyens par lesquels la démocratie attire notre attention sur l’importance de cette opportunité de changement. Parce que les crises ne sont pas aucun moteur de changement si on ne comprend pas quelle est la relation humaine de la democracie.

La démocratie n'est pas un système mais un objectif. Comprendre cela signifie comprendre que la démocratie est un processus sans fin pour atteindre non pas un système mais une unité. La démocratie nous prépare à sortir hors de la loi. C’est un processus d’apprentissage constant et frustrant qui doit continuer pour que la démocratie puisse être prouvé. Croire qu'on peut vivre dans une démocratie est le premier pas pour avoir tort. Croire que la démocratie c'est respecter la loi, est le deuxième. D'ici l'importance de la non-violence dans le mouvement catalan et la raison pour laquelle c'est la langage choisie par ce mouvement.

Contrairement au pacifisme, qui n'est pas un langage en soi, la volonté du mouvement catalan d'être non-violent est, outre la volonté d'être entendue, la volonté de pouvoir écouter aussi clairement que possible. C’est ça notre premier pas vers la Loi et ce qu'on a fait le 1er Octobre 2017. Ce jour-là, le mouvement catalan réalise l’un des plus puissants actes démocratiques, en restant redevable pour toujours au geste éternel de Rosa Parks et en retournant la faveur à la Révolution française.

Parce qu'en définitve, le premier Octobre de 2017 n'est pas un jour, c'est l'Acte. Le premier Octobre de 2017 est la révolution, c'est-à-dire, la représentation de la révolution qui échappe à l'histoire et c'est par conséquence, le Changement in-utile, c'est-à-dire, l'être libre.

Toutes les révolutions depuis le XVIIe siècle ont échoué non pas à cause des "ennemis de la révolution" mais à cause du régime de Droite-Gauche qui les a créées. La droite est l'utopie de la gauche. Il n'existe pas la droite, mais seulement les fantômes de la gauche, des centaines de fois plus puissants que toute conspiration. La droite n'est pas la morale, le capitale, la religion, le militarisme, mais ce que la gauche dit que la droite c'est. C’est ça l’accord sur lequel les États modernes et leurs citoyens ont été créés, les identités et les nationalismes qui ne nous ont jamais appartenu mais qu'on est obligé a defendre parce que nous nous sentons en dette avec eux.

Le mouvement catalan, dans sa vie fugace et intense, n'a pas pu échapper au régime Droite-Gauche et il s'effondre également parce qu'il n'a pas voulu entendre la relation humaine de la democracie, il a accepté de devenir une crisis et il n'a pas non plus voulu éviter de s'étouffer sous la dette des identités. Un an et demi après le 1er Octobre 2017, la lutte du mouvement est sur le point de garantir que l'image du prochain régime qui s'annonce au moins va être modifiée. Au-delà de cela, ceux d’entre nous qui nous avons été témoins de ce jour-ci et que nous faisons également partie de ce mouvement, nous avons la claire conviction que la prochaine fois que quelqu'un aura le courage de dire non, sa voix sera entendue plus fortement.

Derniers articles publiés