L'homme n'existe pas, il se doit à l'origine. Ce message est transmis à travers de la matière. Le problème est que la matière n'est plus ce que nous ressemble le plus et cela, nous expose. Le problème ne peut pas être généré, nous dit la voix de la femme, l'écho qui crée le lieu où l'on ne peut se reconnaître que sous l'œil vigilant du futur.

La femme soulève son fils nouveau-né dans ses bras qui, pour la première fois, la regarde aux yeux et lui dit:

-Vous vous allez être mon ennemi.

Ce message n'est pas transmis par les gènes mais par les paroles. La femme ne se reproduit pas car la femme existe toujours. Cela est l'excuse de la femme envers le fils qui ne devient jamais le fils parce que le langage ne le reconnaît pas.

Si le message ne peut pas être transmis, il ne peut y avoir unité ni un système nonplus. L'absence d'un système ne suppose pas le chaos ou l'anarchie, car ça ne suppose pas le manque de quelque chose, mais ça signifie plutôt, être plus exposée à la vérité par le fait de vouloir pouvoir dire. De cette façon, nous revenons aux bras auxquelles nous relèvent à nouveau, et déjà sans mots, nous disons:

-Mille ans se sont passé. Maintenant je serai vous.

Sans guerre. Sans ennemi. Le message n'est toujours pas transmis, nous bougeons, et la scène qui devrait nous protéger est désormais le paradis. Laisse-moi faire quelque chose pour vous. Permettez-moi de vous demander si vous allez être mon créateur. Et je veux vous répondre oui pendant que je prie à cause de la peur d'être écouté, je me regarde dans le miroir et j'évite l'enfer, la beauté et l'intelligence. Le miroir devient le foyer du mot, le son qui me montre la matière et là où le reflet de l'univers projette la forme à moi.

Pour échapper au miroir, il ne nous reste plus qu'à créer le système, quelque chose qui évite l'écrasante création de la femme, de l'homme et du fils. La mort est cela, seulement ça c'est la mort et tout ce qui n'est pas cela, vous mènera à votre destin. La création du système nécessite nécessairement trois conditions. Première. Évitez le trop de travail qu'on a besoin pour se laisser demander l'avis. Deux. Évitez l'effort de répondre avec un oui à un autre oui. Et trois. Évitez toute la vérité qui implique la destruction. L'absence, de travail et surtout des formes, est la matière avec laquelle créer le système, la matière qui élève l'homme, la femme et le fils, et les dit.

Derniers articles publiés