Tout d'abord j'ai pensé que je détestais les enfants pour m'avoir forcé à les détester. Ensuite, j'ai pensé que je détestais les parents parce qu'ils ne me laissaient pas que je déteste leurs enfants qui criaient pour la liberté. J'avais tort. Ce que je déteste vraiment, c'est cette personne dont personne ne veut et qui nous enlève avec son sourire, qui pleure pas bien du tout et qui n'a jamais remercié ses parents. A ce loser incapable de se révéler au succès de son avenir et qui ne sait que gagner. À celui qui parle aux animaux pour s'écouter, qui n'écoute les gens que pour entendre Dieu et qui dit à Dieu qu'il est un animal.

Nos enfants ne sont plus ce qui nous ressemblent le plus, mais le fait de les avoir est toujours encore le moyen le plus facile de demander de l'aide. Puisque nous ne les avons plus parce que l'art nous a volé l'égoisme, maintenant, pour demander de l'aide, on publie nos propres photos de quand on était petit sur les réseaux sociaux. Demander de l'aide est un art que seuls les enfants comprennent, c'est le sujet principal de la guerre que on a voulu oublier pour avoir un avenir. La technologie a fini avec le progrès. La technologie est ce qui nous ressemble le plus et ce qui nous rapproche le pus de ce que nous sommes déjà. La sélection naturelle est morte et l'art a fait de nous des vainqueurs.

Les mères sont le seul espoir qui nous reste maintenant. L'avenir les craint et l'art pour la même raison, il les déteste. Les mères n’ont pas raison car elles n’ont pas besoin de demander de l’aide et elles rêvent de la guerre pour renoncer à la défaite. Les mères qui n’ont pas raison parlent pour vaincre leur ennemi sous la forme d’un fils et leur fils sous la forme d’un ennemi. Les mères qui dominent la forme n'ont pas d'avenir car elles sont les seules à pouvoir choisir.

Les mères ne sont pas les mères parce qu'elles ne se soumettent pas pour être. Nous n'est pas violent ni une apparence non plus, mais il ne s'appartient pas et il ne gagnera jamais la guerre. Vous ne gagnera pas la guerre non plus car la guerre du discours n'existe pas. Gagner la guerre c'est gagner la guerre du discours qui n'existe pas. Même si vous gagnez la guerre, vous ne serez béni ni condamné. Nous est l'avenir qui n'est pas kidnappé par le temps, le non-moyen d'être, notre seule voix et notre seul acte.

Derniers articles publiés