Même si vous pensez que c'est comme ça que vous me comprends, parler la langue de Dieu m'aide à m'éloigner de vous et du sacré. C’est le piège dans lequel nous tombons tous les deux pendant qu'on sourit et on perd la possibilité de l’humain. En parlant, seulement les semi-dieux se comprennent, dont leur seule prétention est de ne pas être trompé. Entre vous et moi, il suffirait d’arrêter de sourire. Vous parler dans le langage de Dieu c'est vous condamner au silence pendant que vous m'enfermez dans votre compréhension. N'importe quoi pour ne pas arrêter de sourire.

L'art ne doit pas être ce que vous aimez. L'art n'est pas ce dont l'art parle. L'art ne communique pas parce que l'art ne devrait pas vous reconnaître. Cachez-vous de l'art. Il serait facile de finir avec l'art, mais l'art doit exister. L'art doit être un, le seul un, et on devrais pouvoir le voir. Voir l'art c'est changer le monde, mais cela ce n'est pas la chose la plus difficile. La chose la plus difficile et la plus dangereuse est de le partager, car partager l'art c'est arrêter de sourire.

Libérez l'art. Ne le liez pas à ce que vous aimez et c'est comme ça, que vous saurez où le trouver. L'art est compréhension, mais cette compréhension n'est pas pour vous. L'art sacrifie cette information au nom de la perte et de l'excès materiel pour qu'on puisse toucher les extrêmes et que cette confusion nous fasse récupérer la proportion, la forme et en fin, on puisse désobéir au père.

L'art ne doit pas être ce que vous êtes. La seule chose qui devrait vous inquiéter, c'est que l'art doit vous refuser. C'est cela le signal que vous ne devez pas prendre trop personnellement. L'art doit vous rejeter comme un animal vous rejette lorsqu'il sait qu'il va mourir ou les enfants vous rejettent lorsque vous leur dites de ne pas courrir pieds nus. Cela c’est la seule aide que vous obtiendrez de l’art, et le seul moyen de défier le temps et de faire un pas.

Le combat avec le taureau est le grand art que notre regard a volé aux dieux pour devenir un langage. Ce langage si peu artificiel, ce blasphème, nous inflige la souffrance inhumaine de ne pas nous permettre d'être les témoins. En retour, le langage de Dieu nous empêche d'être humiliés, justement ce que l'art nous doit. C'est la Grande Dette. Recueillir cette dette signifie alors que l'animal, la femme et l'homme ne sont plus observés ni contemplés, mais qu'ils se voient, obligés d'être, le témoin.

L'art n'a pas d'autre relation avec vous. Tout le reste consiste à parler le langage de Dieu car, en dehors de cette langage, vous pouvez vous perdre. En dehors du langage de Dieu, les mots meurent au simple contact de l'air et se solidifient de n'importe quelle manière essayant toujours de fuir leur destin et de vous.

Derniers articles publiés